Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'imam Al Albani - « nous ne voyons pas ça, ô mon frère ! Ça, toi mon frère, comme nous vous le disons, à vous et à autres que vous, si, à cette époque, nous voulons mettre en application le minhâj salafi que nous avons hérité des salafs, à savoir : la dureté envers les innovateurs, s'écarter ( hajr ) et se couper d'eux et de ne rien écouter d'eux, alors on aura « fait marche arrière ».

Comme je dis : si nous avons un ami – par exemple – qui était avec nous sur la voie droite, puis qui a dévié, jusqu'à qu'il ait délaissé la prière : Souvent, la question se pose de la part de certains « excités » : devons nous pas nous écarter de lui ?

Et moi je dis : non !!!

Non, nous nous écartons pas de lui, mais nous restons liés avec lui par la belle exhortation, le conseil et le rappel. Mais si nous nous coupons de lui, si tu agis avec lui avec sécheresse et dureté, puis que tu te détournes de lui, afin de le boycotter... Certes, le boycott est à la base légiféré, comme dans le hadith de ceux qui se sont « détournés », mais il est obligatoire de mettre chaque chose à sa place. Cette personne qui a délaissé la prière, celui dont nous avons été surpris par son abandon de la prière, si nous nous écartons de lui, nous augmentrons son égarement. Il est donc nécessaire de le suivre avec la belle exhortation, le rappel, la tendresse avec lui et la douceur comme l'a fait [le prophète] – sallâ Allah 'alayhi wa sallam – avec ce juif. Nous mettons les innovateurs dans le même cas. Si nous les délaissons leur égarement, qui se chargera de leur guidance ?! Aujourd'hui, ce n'est pas autorisé ! » Fin de citation.

Cf. audio ( 611 ) de « silsila al houda wa an-nour »

Tag(s) : #Al Albani

Partager cet article

Repost 0