Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'imam Al Albani

– qu'Allah lui fasse miséricorde –

dit dans l'audio ( 666 ) de " silsila al houda wa an-nour "

7 cha'bân 1413 h.

"et moi – d'une façon générale – je recommande de ne jamais employer aujourd'hui le remède de " s'écarter [des autres] " car cela fait plus de mal que de bien et la plus grande preuve à ça, c'est la fitna présente en ce moment dans le hijâz."

Hijâz : région d'Arabie Saoudite qui comprend La Mecque et Médine.

L'imam Al Albani

– qu'Allah lui fasse miséricorde –

dit dans l'audio n° ( 80 ) de " silsila al houda wa an-nour "

Non datée

" Moi, je ne crois pas qu'un musulman ne passe pas salam à son frère musulman, alors qu'il croit qu'il est musulman. Cette méprise n'est pas permise en Islam. Le fait que les musulmans divergent n'est pas une chose nouvelle, mais c'est ancien. Se conseiller est ce qui doit obligatoirement être présent entre les musulmans, qu'ils s'entraident et qu'ils s'aiment en ALLAH. Se diviser et se déchirer sont interdits en Islam, et aimer en ALLAH est recommandé en Islam ; détester en ALLAH aussi. Sauf que certaines personnes ne savent pas appliquer.

J'ai souvent été questionné sur le fait qu'un musulman se coupe (ou s'écarte) de son frère musulman pour une raison quelconque ?

Je dis donc : "s'écarter" – même si c'est légiféré à la base – sauf que notre époque n'est pas une époque faite pour appliquer cela. Car si tu veux te couper (ou t'écarter) de tout musulman à qui tu réprouves une chose, tu demeureras tout seul.

Aujourd'hui, nous n'avons pas à agir selon la méthode "détester en ALLAH et s'écarter en ALLAH", ceci est applicable lorsque la lance des musulmans est forte, et que l'état des musulmans se renforce dans leurs relations entre eux. A ce moment, si une personne dévie du droit chemin, on s'écartera d'elle, car cette "coupure" sera un remède et une éducation pour elle. Mais, aujourd'hui ce n'est pas le moment pour ça. C'est pour cette raison là qu'au siècle présent, il n'est en rien de la sagesse de s'écarter des gens à cause de leur déviance, que leur déviance soit au niveau de la croyance ( 'aquida ) ou de leur comportement ( soulouk ) ; nous devons patienter dans leur compagnie. Nous ne devons pas [qualifier] "d'égaré", ni de "mécréant" (!) car qualifier d'égaré ou de mécréant ne nous apporte rien, mais nous nous devons de faire des rappels, comme le dit [ALLAH] : ( et rappel, certes le rappel profite aux croyants )… "

L'imam Al Albani

- qu'Allah lui fasse miséricorde -

fut questionné dans l'audio ( 799 ) de "silsila al houda wa an-nour"

Question : doit on mettre en garde contre un homme qui autorise de se révolter contre un gouverneur pervers ?

L'imam Al Albani : « cette personne – comme tu l'évoques – ou cet étudiant en science qui a cité ces propos, je ne considère pas que cette parole suffise pour se couper de lui. [En effet], le procédé de se couper des autres à cette époque, est exactement comme la révolte [sur les gouverneur] ; ça n'apporte pas de bien ! Il n'y en a pas de nous qui n'ait pas une parole [erronée] ou une « déviation » ou une erreur. Donc, si chaque fois que nous voyons une personne commettre une erreur ou une faute, nous nous coupons de lui, nous serons davantage divisés. Cependant, il faut exposer son erreur afin qu'elle n'atteigne pas les gens. »

L'imam Al Albani

  • qu'Allah lui fasse miséricorde -

fut questionné dans l'audio ( 611 ) de « silsila al houda wa an-nour »

au sujet « se couper des innovateurs » ?

L'imam Al Albani : « nous ne voyons pas ça, ô mon frère ! Ça, toi mon frère, comme nous vous le disons, à vous et à autres que vous, si, à cette époque, nous voulons mettre en application le minhâj salafi que nous avons hérité des salafs, à savoir : la dureté envers les innovateurs, s'écarter ( hajr ) et se couper d'eux et de ne rien écouter d'eux, alors on aura « fait marche arrière ».

Comme je dis : si nous avions un ami – par exemple – qui était avec nous sur la voie droite, puis qui a dévié, jusqu'à qu'il ait délaissé la prière. Souvent, la question se pose de la part de certains « excités » : devons nous pas nous écarter de lui ?

Et moi je dis : non !!!

Non, nous nous écartons pas de lui, mais nous restons liés avec lui par la belle exhortation, le conseil et le rappel. Mais si nous nous coupons de lui, si tu agis avec lui avec sécheresse et dureté, puis que tu te détournes de lui, afin de le boycotter... Certes, le boycott est à la base légiféré, comme dans le hadith de ceux qui se sont « détournés », mais il est obligatoire de mettre chaque chose à sa place. Cette personne qui a délaissé la prière, celui dont nous avons été surpris par son abandon de la prière, si nous nous écartons de lui, nous augmentons son égarement. Il est donc nécessaire de le suivre avec la belle exhortation, le rappel, la tendresse avec lui et la douceur comme l'a fait [le prophète] – sallâ Allah 'alayhi wa sallam – avec ce juif. Nous mettons les innovateurs dans le même cas. Si nous les délaissons leur égarement, qui se chargera de leur guidance ?! Aujourd'hui, ce n'est pas autorisé ! »

L'imam Al Albani

– qu'Allah lui fasse miséricorde –

dit dans l'audio ( 511 ) de " silsila al houda wa an-nour "

3 mouharam 1412 h.

" Ce que je crois moi – et ALLAH est plus savant – est que ces paroles de salafs doivent être appliquées dans un environnement salafi, c'est-à-dire : un environnement empli de foi forte et d'un suivi authentique du prophète r et de ses compagnons.

Cela est parfaitement identique au fait de se couper des autres ; qu'un musulman se coupe d'un autre musulman, afin de l'éduquer. Ceci est une sunna connue, sauf que je crois – et j'ai souvent été questionné à ce sujet– notre époque ne convient pas à ces "coupures". Notre époque, n'est pas l'époque où l'on doit se couper des innovateurs, car cela signifie que l'on doit vivre sur le sommet des montagnes, de s'écarter des gens et de les délaisser.

C'est ainsi, parce que lorsque que tu te coupes des gens, soit à cause de leur perversité, ou de leurs innovations, cela n'a pas le même impact qui avait lorsque les salafs émettaient ce genre de paroles. "

L'imam Al Albani

– qu'Allah lui fasse miséricorde –

Dit dans l'audio ( 735 ) de " silsila al houda wa an-nour "

29 joumâdâ al oulâ 1413 h.

" Moi je crois que ce genre de questions : les mises en garde, se couper et s'écarter des autres, s'allier et se désavouer, etc. ces choses là sont dépendantes d'une forte société islamique qui pourra – dans un premier temps – appliquer ce genre de choses et qui – dans un second temps – aura la capacité d'exploiter leurs fruits. "

Tag(s) : #Al Albani

Partager cet article

Repost 0