Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Si la question est relative aux dogmes, ou que la question est liée à un savant qui fait partie des gens de science dans la fatwa dans quelconque domaine : ici, il est obligatoire d'observer l'après de la situation entre les « intérêts » ( maçâleh ) et entre le fait de repousser les mafâssed.

C'est pour cela que tu peux voir les imams de la da'wa – qu'Allah leur fasse miséricorde – depuis le temps du Sheikh Abd Ar-Rahmân Ibn Abd Al-Lattîf Ibn Hassan – l'un des imams connus – ainsi que le Sheikh Muhammad Ibn Ibrâhîm : si la situation est liée à un savant ou un imam ou [encore] à celui qui a un effet [positif] sur la sunna, alors ils « s'abstiennent » et se privent « d'entrer » dans cela.

Le Sheikh Siddîq Hassan Khân Al Qinoujî l'indien connu : chez nos savants il détient une « notabilité » et ils ont une grande estime pour son livre « ad-dîne al khâleç », malgré le fait qu'il a porté atteinte à la da'wa dans plus d'un livre à lui ! Mais ils ferment les yeux sur ça, et ne le font pas « remonter », ceci afin de profiter de la base de la chose, à savoir : parfaire le tawhid et anéantir le shirk.

L'imam Muhammad Ibn Ismâ'îl As-San'ânî le connu, l'auteur du livre « sobol as-salâm » - et d'autres -. Il est l'auteur du livre « tathîr al i'tiqâd » et il a des efforts considérables pour avoir fait revenir les gens vers la sunna, et qu'ils s'éloignent du taqlîd (=suivi aveugle) réprimandé, du fanatisme et des innovations. Sauf qu'il s'est trompé dans certains sujets. Parmi ces [sujets] : ce qui lui est attribué dans sa poésie connue, lorsqu'il a fait les éloges de la da'wa. On dit qu'il est « revenu » sur cette poésie au profit d'une autre dans laquelle il dit :

رجعت عن القول الذي قد قلت في النجدي

Je suis revenu sur la parole que j'ai dite sur le najdî

Il fait allusion à Muhammad Ibn Abd Al Wahhâb An-Najdî !

Cette poésie est reprise par les têtes des innovations. Elle lui est attribuée, et elle est aussi attribuée à son fils Ibrâhim. Ils la propagent afin de dire que As-San'âni approuvait la da'wa, mais qu'il est « revenu ».

As-Shawkânî aussi – qu'Allah lui fasse miséricorde – son rang est connu – à lui aussi – ; il est connu. Malgré cela, nos savants considéraient que As-Shawkânî avait des « efforts d'interprétations » ( ijtihâds ) erronés au sujet du tawassol. Il a aussi un « effort d'interprétation » erroné dans les attributs [d'Allah]. Et dans son « tafssîr » - sur certains versets – il fait le täouîl. Il a des paroles sur Omar (=Ibn Al Khattâb) – qu'Allah l'agrée – qui ne sont pas bonnes. Il a aussi des paroles sur Mou'âwiyya – qu'Allah l'agrée – qui ne sont pas correctes. Mais les savants n'évoquent pas cela.

Et le Sheikh Sulaïmân Ibn Sahmân – qu'Allah lui fasse miséricorde – a rédigé le livre « l'innocence des deux sheikhs, les deux imams ». Il fait allusion à l'imam As-San'ânî et à l'imam As-Shawkânî.

Ceci pourquoi ? Pourquoi a-t-il fait cela ?

Car la base sur laquelle ces savants « construisent » est : la sunna.

Eux, ne nous ont pas contredits sur la base du dogme ( i'tiqâd ). Ils ne nous ont pas contredits dans le tawhid, ni ne nous ont contredits pour la victoire de la sunna, ni ne nous ont contredits dans la réfutation des innovations, mais ils ont eu des « efforts d'interprétation » et se sont trompés dans des sujets.

Le savant, on ne scrute pas son « erreur », de même qu'on ne le suit pas dessus. Il faut la délaisser et se taire dessus, propager la vérité, et propager ses paroles, celles par lesquelles on peut l'approuver.

Les savants de la sunna : lorsque Ibn Khozaïma – qu'Allah lui fasse miséricorde – s'est trompé dans la question de « l'image » - comme cela est connu – ; il a nié l'attribut de « l'image » d'Allah – jalla wa 'alâ –. Ibn Taymiyya – qu'Allah lui fasse miséricorde – l'a réfuté dans plus de cent pages.

Malgré cela, les savants de la sunna disent au sujet de Ibn Khozaïma : qu'il est un imam parmi les imams, et n'agréent pas qu'une personne « critique » Ibn Khozaïma. Car il a empli son livre « at-tawhîd » de défenses de l'unicité d'Allah Le Seigneur des Mondes, il y confirme les différentes formes d'excellence à Allah – jalla wa 'alâ – dans Ses Noms et Ses descriptions élogieuses.

Et Ad-Dhahabî – qu'Allah lui fasse miséricorde – dans « syar a'lâm an-nubalâ » a dit : « et Ibn Khozaïma s'est trompé dans cette question. »

Par conséquent, ici, si des erreurs surviennent dans ce genre de questions, quell doit être la position [à adopter] ?

La position doit être : observer là où il est en accord avec nous sur la base de la religion, son accord avec la sunna, la victoire donnée au tawhîd, la victoire donnée à la propagation de la science utile, son prêche à la guidance, ainsi que ce genre de choses qui font partie des fondements généraux. Il doit être conseillé à ce sujet. Il se peut que cela doit être réfuté indépendamment, mais il ne faut le critiquer d'une façon qui le radiera complètement.

C'est ainsi qu'était le minhaj des imams de la da'wa dans ces sujets là, comme cela est notoire.

Et le noble Sheikh Sâleh Al-Louhaïdân – qu'Allah le préserve – m'a rapporté que lorsqu'il évoqua la dernière poésie de As-San'ânî : « Je suis revenu sur la parole que j'ai dite sur le najdî », au sujet de laquelle on dit qu'il est « revenu » ou qu'il a écrit à son sujet, il a dit : J'ai questionné notre Sheikh Muhammad Ibn Ibrâhîm – qu'Allah lui fasse miséricorde – à ce sujet : est-elle à lui [ou non] ? Il a répondu : en apparence, elle est bien à lui.

Les mashâyekhs – nos mashâyekhs – font prévaloir qu'elle est à lui, mais ils ne souhaitent pas que cela soit dit, car il a fait triompher la sunna, a réfuté l'innovation, malgré le fait qu'il a « attaqué » la da'wa et s'est exprimé dans cette poésie [contre] le Sheikh Muhammad Ibn Abd Al Wahhâb.

Ensuite, As-Shawkâni a une poésie qu'il a envoyée à l'imam Saoud dans laquelle il lui interdit de nombreux actes, dont le combat et le fait de se répandre dans les contrées, etc. mais son rang reste préservé.

Ceci dit, là où ils (=ces savants) se sont trompés : on ne les suit pas dessus, et on interdit qu'ils soient suivis sur ces sujets... » Fin de citation.

Cf. sa conférence « al fatwa bayn muttâbaqat as-shar' wa musâyerat al ahwâä »

Tag(s) : #Sâleh Âl As-Sheikh

Partager cet article

Repost 0