Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Cependant, il faut savoir que les péchés et les transgressions sont de différents degrés en fonction de la peine et de la quantité ; il y en a qui sont de l'ordre des grands péchés, et il y en a qui sont de l'ordre des petits péchés. On fait le hajr au pécheur en fonction du péché qu'il a commis. (et il y a des rangs [de mérite] pour toute chacun, selon ce qu'ils ont fait.)[s.46 v.19] ; personne ne mets les « fautes » au même rang pour le hajr à part un ignorant ! Car lehajr consiste à éduquer ; son but est d'exposer la vérité et de faire miséricorde aux créatures. « Le musulman est le frère du musulman, il ne lui fait pas injustice, ne le trahit pas, ni ne le rabaisse. »1

Si cela (=le hajr) amène à la division, à ce que les gens se détestent et s'envient, alors le « hajr » n'est pas permis ( ! ) car son mal est plus grand que son bien. Il m'est parvenu que certains de ceux qui s'écartent ( hajr ) de celui qui a commis un péché ou une « transgression », et que celui de qui on s'est écarté leur dit : « je demande pardon à Allah et je me repent à Lui » et qu'il reconnaît s'être trompé, et s'est repenti à Allah pour cette [« faute »], ils n'acceptent pas ça de lui (!). Voire, ils continuent à s'écarter de lui et le considérer ennemi !! Cela est contraire à ce qu'Allah et Son messager ont légitimé. Cela est même de l'ordre de la rancune et de la vengeance, non pas de l'ordre de la miséricorde et de l'excellence envers le musulman.

Ce qui est obligatoire est que le [musulman] conseil son frère musulman au sujet de cette « faute ». S'il s'en repent, alors c'est ce qui est souhaité, et s'il ne se repent pas et persiste sur sa « transgression », il s'écartera de lui jusqu'à qu'il s'en repente, à condition que le bien ( maçlaha ) [qui se produira] en lui est plus grand. Et s'il ne la délaisse pas, et que le mal [qui découlera] à s'écarter de lui est supérieur au bien, alors s'écarter de lui n'est pas légitime, comme l'a évoqué Sheikh Al Islam [Ibn Taymiyya]. » Fin de citation.

Cf. "kashf ghayâheb ad-dhalâm" ( p.328 )

1 "mutafaqun 'alayhi" ; Rapporté par Al Bukhâri ( 2442 ) et Muslim ( 2580 ) selon Abd Allah Ibn Omar.

Tag(s) : #Sulaiman Ibn Sahman

Partager cet article

Repost 0