Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Husseïn Ibn Abd Al Azîz Âl As-Sheikh, imam à la mosquée de prophète (sallah-u 'alayhi wa sallam) à Médine et juge au tribunal islamique de Médine, fut questionné au sujet de la fatwa de l'IFTA qui met en garde contre deux livres du Sheikh Ali Hassan Al Halaby disant qu'ils contiennent une forme d' ïrjâ...

Il répondit - qu'Allah le préserve - par ce qui suit :

"Premièrement : ô mes frères ! le Sheikh Alî, ainsi que les mashâyekhs (=de l'IFTA), sont sur entente. Et le Sheikh Ali est un grand frère parmi les mashâyekhs - de même que ceux qui ont émis la fatwa -. Lui les connaît, et eux le connaissent, entre lui et eux il y a de l'amour.

Le Sheikh Ali a été doté - wa lillah-i al hamd - de science et de clairvoyance qui lui permettent de remédier à ce sujet scientifique qui est entre lui et les mashâyekhs, qui est - wa lillah-i al hamd - sur la voie d'être éclairci.

Quant au Sheikh Alî et son Sheikh - Sheikh Al Albani - qui sont sur le minhâj de la sunna, personne ne doute qu'ils cheminent - wa lillah-li al hamd - sur le minhâj agréé.

Le Sheikh Ali - wa lillah-i al hamd - fait partie de ceux qui défendent le minhâj de ahl as-sunna wa al jamâ'a.

La fatwa n'a pas dit que le Sheikh Ali est un mourjî - ils sont au-dessus de dire cela (!) - elle (=l'IFTA) diverge avec le Sheikh Alî sur un livre ; le débat est avec lui sur ce sujet.

Le fait que les "autres" désirent se plonger dans le contenu de cette fatwa pour dire qu'elle signifie qualifier le Sheikh Alî de mourji, moi je n'en comprends pas ça. Et je pense que mes frères n'en comprennent pas ça [non plus]. Elle (=cette fatwa) n'a pas porté atteinte à ce qu'il y a entre le Sheikh Ali et entre les mashâyekhs (=de l'IFTA). Ils ont de l'estime pour lui et le respectent.

Et Sheikh Ali a répliqué avec une réplique scientifique ["al ajweba al mutalâëma 'alâ fatwa al-lajna ad-dâëma"] ; [selon] ce qu'étaient les salafs de notre communauté : "de tous on prend et on rejette, hormis l'occupant de cette tombe" c'est-à-dire le messager d'Allah (sallah-u 'alayhi wa sallam), comme l'a dit l'imam Mâlik.

كلُّ كلام منه ذو قبول

ومنه مردودٌ
سوى الرسولِ

Ainsi est la communauté. Elle divergeait à son début : il y avait de qui on acceptait, d'autres de qui on rejetait. Ceci dit, les humains - tels qu'ils sont - il se peut que dans leurs paroles se trouvent des paroles qu'on peut nommer "les paroles directes" qui sont dues au débat et à la nature humaine ; elles contiennent donc une forme de dureté. Même chez les compagnons - qu'Allah les agrée -, c'est arrivé entre Abou Bakr et Omar, et entre d'autres compagnons, entre Aïcha et Alî, etc.

En bref : cette fatwa - selon mon point de vue - n'a pas dit de façon explicite que le Sheikh Alî est sur ce minhâj (=des murjis), elle ne représente qu'une critique d'un livre que le Sheikh (=Ali) a écrit.

Le Sheikh [Ali] a écrit le livre ["al ajweba al mutalâëma..."] après la parution de la fatwa, ce n'est pas de l'ordre de la "réfutation", mais c'est un exposé de ce sur quoi est le Sheikh, ainsi que son Sheikh, l'imam Al Albani - rahima-ho Allah -.

Ce que nous croyons, et dont nous adorons Allah - jalla jalâl-u - avec, est que : le Sheikh [Ali], ainsi que son sheikh, sont parmi les gens les plus loin de la voie des murjis - comme je l'ai dit précédemment -.

Quant à Sheikh Ali, ainsi que son Sheikh Al Albani - que la miséricorde d'Allah soit sur lui - : si tu leur demandes : qu'est-ce que la foi ? on ne trouvera pas dans ses paroles ce que disent les murjis [à savoir] que les actes ne sont pas compris dans la foi.

Voire, les textes du Sheikh (=Al Albani) - que la miséricorde d'Allah soit sur lui - précisent que la définition de la foi est : croyance par le cœur, parole par la langue et actes avec les membres du corps, elle monte avec les bons actes et descend avec les péchés.

Et je pense que le Sheikh [Ali Al Halaby] me rejoint la dessus [à savoir] : que la fatwa du comité ne contient rien, contrairement à ce que proclament beaucoup de personnes, qui dise que le Sheikh Ali est un murji ! Jamais ! Ils n'ont pas dit ça ! Ils l'ont critiqué sur un livre ! N'est-ce pas le débat entre les salafs que de l'amour pour la connaissance de la sunna, et pour la préserver ?! Voire, la critique porte [que] sur certaines partielles de ce livre.

Son éminence le Sheikh Abd Al Aziz Âl As-Sheikh fait partie de ceux qui aiment le Sheikh Ali - et je sais parfaitement cela -. Il a de l'estime pour lui, il invoque en sa faveur, même après que Sheikh Ali ait rencontré son éminence le Sheikh. Aussi, il a de l'estime et respecte le Sheikh Al Albani, et porte un très grand amour pour lui depuis longtemps. Je sais cela depuis qu'il était professeur à la faculté de shari'a en 1406 h. Toujours entrain d'évoquer le Sheikh, de lui faire des éloges et invoquer en sa faveur.

Le Sheikh Al Albani est avec les mashâyekhs du royaume (=saoudien), un seul et même fondement les réuni, qui est : la voie (minhâj) des salafs de cette communauté. Cela fait partie des nécessités de l'amour sincère: la véracité et le conseil.

Mais quant au fait que les autres prennent cette [fatwa] se réjouissant de ce qui va dans leur sens, et ne la prennent pas pour ce qui est contre eux, telle est l'attitude des innovateurs..." Fin de citation.

Écoutez l'audio : https://www.youtube.com/watch?v=rC0io0GPi68

A retenir !

Le fait que Sheikh Ali Al Halaby croit que la foi est valable même sans actes, n'a pas empêché Sheikh Husseïn Âl As-Sheikh de dire de lui :

"personne ne doute qu'il chemine sur le minhâj agréé"

"fait partie de ceux qui défendent la voie de ahl as-sunna wa al jamâ'a"

"la fatwa n'a pas dit que le Sheikh Ali est un mourji" !

"qu'il fait partie des gens les plus loin de la voie des mourjis"

Sans oublier de souligner que :

Les savants de l'IFTA, ceux qui ont émis cette fatwa, ont de l'estime, respectent beaucoup et aiment Sheikh Ali Hassan Al Halaby, malgré le fait qu'il croit que la foi est valable même sans les actes.

Et maintenant...

Ce sujet, à savoir : la validité de la foi sans les actes ? (tark jinss al 'amal) ne doit pas causer de division, de haine, de tabdî', de hajr, de "plus prendre la science de lui", de manque de respect, de sobriquets injurieux, encore moins d'insultes, etc.

اللهمّ سلم سلم

A suivre...

Tag(s) : #Husseïn Âl As-Sheikh

Partager cet article

Repost 0