Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il dit : « et le fait de s'écarter [de quelqu'un] varie en fonction de ceux qui s'écartent : selon leur force et leur faiblesse, et selon leur infériorité ou supériorité numérique, car le but est de réprimander celui de qui on s'écarte, de le corriger et que la majorité délaisse ce genre d’erreurs. Si – en cela – le bien est supérieur, de sorte que s'écarter de lui amènera à réduire son mal ou à le camoufler, alors c'est légiféré. Et si personne, ni celui de qui on s'écarte, ni autre que lui, ne tirera profit de cela, voire le mal s'accroitra, et que celui qui s'écarte est en faiblesse, de sorte que le mal en cela est supérieur au bien, s'écarter [de la personne] n'est pas légiféré…[...]

jusqu'à dire : … si cela est compris, s'écarter [d'une personne] – quand c'est légiféré – fait partie des actes qu'Allah a ordonnés [de faire] ainsi que Son messager . L'obéissance doit nécessairement être exclusive pour Allah et être en conformité à Son ordre ; elle doit donc être sincère pour Allah et juste. Quant à celui qui s'écarte [d'une personne] à cause des passions de son âme ou qu'il s'écarte d'une façon qu’on n’a pas ordonnée, il sera exclu de cela ! Et combien d'âmes agissent selon leurs passions pensant qu'elles le font par obéissance à Allah ?! » [Fin de citation].

Cf. "majmou' al fatâwas" ( 28 / 206 )

Tag(s) : #Ibn Taymiyya

Partager cet article

Repost 0